C’est en 1975, à l’initiative de l’ASBL Amis et Parents d’ Enfants Handicapés de Militaires (APEHM), créée par le Général Comte Alfred Cornet d’Elzius de Peissant, qu’a été construit le Foyer, sur une partie de terrain du Domaine Militaire concédée à cette fin par le Ministère de la Défense. Occupé en 1976, ce home a été baptisé Foyer Général Cornet  en mémoire reconnaissante à son fondateur décédé.
La capacité d'accueil initiale s'élevait à 32 adultes handicapés mentaux qui travaillaient pendant la journée et regagnaient le Foyer en fin de journée pour y passer la nuit. Malheureusement la situation économique n'a pas été favorable à  la mise au travail de personnes handicapées de sorte que de plus en plus de résidents restaient en permanence au Foyer. C'est pourquoi, le projet pédagogique a prévu d'occuper le plus possible les résidents restant au Foyer et ce, en fonction de leurs capacités.
La Direction a mis en œuvre divers ateliers tels la cuisine, la couture, l'entretien des espaces verts.  En outre, la Fondation a concrétisé son soutien au Foyer en construisant une serre en vue d'un atelier horticole et une salle polyvalente pour des ateliers créatifs (travail du bois, céramique, bricolage,…).  Les fleurs de la serre et les articles produits dans les ateliers étaient vendus au profit du Foyer. Dans la même optique, la Fondation a fait construire un minigolf accessible tant aux résidents qu’aux particuliers. Enfin, la généralisation de l'informatique a permis d’installer un atelier  informatique.
Par la construction de la Résidence Vermeulen en 1995, la capacité d’accueil a été portée à 42 résidents, mais cela n’a pas modifié fondamentalement la situation en ce qui concerne leurs activités.
Cependant, le temps passant, nos résidents ont commencé à prendre de l'âge, ce qui rendait de plus en plus difficile leur participation aux divers ateliers.  En outre, quelques nouveaux résidents souffrent d'un handicap tel qu'il ne leur est pas possible de s'investir dans ces ateliers.  Dès lors, les activités dans les ateliers se sont fortement réduites et on a dû prévoir des espaces de détente comme les deux espaces de vie As n’aise, ouverts en 2013 et 2014, et adapter le programme pédagogique en conséquence.